Commune de Saint-Guilhem-le-Désert

Voeux de la Municipalité en 2019

Mesdames et Messieurs,

Je profite de cette nouvelle année pour vous présentez, au nom de toute l’équipe municipale, les élus du Conseil et les employés municipaux, tous nos bons vœux de bonheur et de santé pour l’année 2019.

L’année 2018 fut cruelle qui nous a pris Jean Dupy, Eric Lavergne et Christian Palaysi. Ils étaient tous les trois, à leur manière, profondément investi dans la vie sociale de la commune par leur dévouement, leur activité professionnelle ou encore leur travail de mémoire sur l’histoire même de notre village. Toute l’équipe municipale souhaite conforter, auprès de leurs proches et de leurs amis, le souvenir de leurs actions.

Mais le grand cycle de la vie continue avec l’arrivée de nouveaux petits Sauta-roc, Maïssa et Sacha, et de nouveaux habitants sur la commune. Là aussi, je leur réïtère la bienvenue au nom de la municipalité.

L’année 2018 n’a pas été une année facile. Elle est marquée du sceau de la crise persistente qui caractérise notre monde contemporain. Au grand dam de la municipalité, la réforme territoriale nationale nous a dépossédé de la compétence Eaux et Assainissement au 1er janvier 2018. C’était pourtant un des rares avantages que nous tirions de notre situation de village rural bien implanté dans sa vallée du Verdus. Cette réforme nous a retiré toute autonomie sur la gestion d’un système qui fonctionnait sans problème depuis des dizaines années. Ceci a été décidé au nom d’une normalisation territoriale nationale qui fait peu de cas des particularités locales. Et pourtant, si dans sa sagesse évolutive, la Nature a inventé la biodiversité, c’est bien parce qu’elle offre des réponses en meilleure adéquation entre problèmes et solutions. La disparition des compétences communales ou des syndicats mixtes qui étaient basés sur des volontariats de coopération et des objectifs parfaitement ciblés au profit d’ensembles hétéroclites au niveau des communautés de communes induit des coûts de fonctionnement absurdes. La longue histoire de notre village reflétait, depuis le néolithique, cette adéquation entre l’eau et ses habitants. Je crois pouvoir dire l’amertume de l’équipe communale obligée de renoncer à fournir ce services aux habitants alors même qu’elle n’avait pas démérité et que la conséquence la plus immédiate pour tous a été le triplement du prix de l’eau et la multiplication par 10 du prix de l’abonnement. Avec ce transfert de compétence, la commune est devenu un client comme les autres du service des eaux de la Communauté de Commune. Là où, bien évidemment, elle ne se facturait pas à elle-même ses propres prestations quand elle en avait la maîtrise, elle est maintenant redevable, comme chaque habitant, de ses consommations d’eau potable pour les fontaines, les WC publics, les logements sociaux communaux, les salles associatives et les bâtiments communaux. Elle a du, à partir du 1er janvier 2018, payer à la communauté de commune l’intégralité des prestations et interventions et ses consommations ce qui représente un coût de plusieurs dizaines de milliers d’euro. Le maintien des écoulements aux fontaines aurait coûté environ 200 000€ par an à la commune… Les fontaines ont donc été arrêtées.

Vous avez pu voir qu’une tranchée avait été creusée place de la liberté autour de la fontaine. Cette tranchée permettra de faire arriver l’eau du canal des moines pour la faire recouler dans les toutes prochaines semaines grâce au travail des employés communaux.

Malgré une année 2018 financièrement difficile, la commune a continué à investir pour développer ses caractères actractifs dans les domaines du patrimoine, de la qualité de l’accueil et de l’activité culturelle. 2018 fut l’année du vingtième anniversaire de l’inscription de l’Abbaye de Gellone au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. C’est aussi l’année de la sortie en librairie du très bel ouvrage : « La Grâce de l’Abbaye de Gellone » aux Editions de la Nuée Bleue. Ce livre est une pierre angulaire dans les nombreux ouvrages qui ont été consacrés à notre village en ce qu’il bénéficie d’une iconographie somptueuse et que ses auteurs ont abordé tous les aspects historiques, patrimoniaux et traditionnels. Enfin, cette année a vu le retour de l’Autel du Sauveur dans l’église qui lui est consacrée.

Sur le plan des réalisations plus pratiques nous avons terminé en 2018 la première phase de réhabilitation du parking du Pré des Pères avec la réalisation d’un muret de pierres sèches qui permet tout à la fois d’optimiser le stationnement et de servir d’abri pour les véhicules en cas de crue. Cette réhabilitation a également permis la réfection de la chaussée du Chemin des Hortes et de la zone en terre battue du parking ainsi que la réfection de l’éclairage public. La deuxième phase de cette opération va se dérouler en 2019 avec la reprise du niveau hydraulique de la zone du boulodrome et de la zone pique-nique. Cette opération permettra de modifier les écoulements des eaux de ruissellement lors des pluies intenses. Elle sera également l’occasion de procéder au remplacement et à la modernisation des jeux d’enfants.

Par ailleurs, la deuxième tranche de réfection de l’éclairage du village vers un système à basse consommation sera menée à bien cette année. Si les moyens financiers le permettent nous procéderons également à la réfection de l’éclairage sur la première partie du Parking du Pré des Pères.

Sur le plan du patrimoine, l’année 2019 sera l’année de réfection du jeu d’anches de l’orgue Jean-Pierre Cavaillé de l’église abbatiale. Ce sera également l’année de la rédaction finale du plan de gestion de l’Abbaye de Gellone. Ce document nous est demandé par le ministère de la culture dans le cadre de l’inscription au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Il constituera le document de référence pour le fonctionnement de l’ensemble abbatial qui doit se conformer aux évolutions de législation des Etablissement qui Recoivent du Public, notamment en terme d’accessibilité des Personnes à Mobilité Réduite. Ce document doit présenter les objectifs, à moyens termes (quelques dizaines d’années), pour les projets de conservation et de développement du patrimoine et des activités culturelles de l’Abbaye. Il incluera notamment l’utilisation de la Salle Capitulaire de l’abbaye et de sa future présentation muséale. Baptiste Auriol a été chargé d’en faire la synthèse en concertation avec le Recteur de l’abbaye, le Carmel Saint-Joseph, la population et les élus. N’hésitez pas à le contacter pour lui faire part de toutes vos suggestions, critiques ou remarques.

Sur les plans sportif et culturel, Saint-Guilhem-le-Désert accueillera cette année encore, la Sauta-roc, le festival des Clowns, le festival de musique médiévale du Centre International de Musique Médiévale de l’Université Paul Valéry de Montpellier, le festival des Amis de Saint-Guilhem-le-Désert, le festival Pablo Casal, l’exposition d’art contemporain régional In-situ, le festival Troubadour d’Oc mais également les
événements organisés par les associations de la commune : la Chorale, les Soumaïres, le Théâtre du Bout du Monde et la Diane Saint-Hubert. Le Conseil Municipal réfléchit actuellement à organiser un système d’accès privilégié aux habitant de la commune au travers du Centre Communal d’Action Sociale.

Quelques mots peut-être pour dire que dans le contexte national difficile de la fin de l’année 2018, la commune participera au Grand Débat Citoyen dont les modalités de mise en œuvre ne sont pas encore vraiment connues aujourd’hui. Certe, des thèmes ont été mis en avant, d’autres semblent avoir été exclus mais, si il semble se confirmer que les mairies puissent être des acteurs efficaces pour ce débat, pour l’instant aucune consigne officielle n’est venue confirmer ce rôle de la part de la préfecture notamment pour savoir quoi faire effectivement avec les doléances recueillies. Bien évidemment, quels que soient les instructions que nous devrions recevoir dans les prochains jours, la commune mettra à la disposition de toute personne en faisant la demande, les salles nécessaires à l’organisation de rencontres citoyennes.

Nous avons également connu, en 2018, des problèmes récurrents de capacité de débit internet. Notre système technique, le Nœuds de Répartition des Abonnés en Zone d’Ombre (NRAZO) a déjà dix ans. Or le monde internet, et donc les besoins nouveaux qui en naissent en terme de transmission d’information ont beaucoup changé et le système est maintenant quasiment saturé en permanence. Le plan fibre du département progresse et nous devrions la recevoir dans le courant de l’année 2019. J’ai eu le plaisir de signer il y a quelques jours l’autorisation d’installation du matériel technique qui sera placé sous l’abribus du square Jean Moulin, à quelques mètres du NRAZO. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés de l’évolution de ce dossier lors de ses prochaines avancées.

Enfin, vous le savez tous, un film a été tourné au cours du mois de juin à Saint-Guilhem-le-Désert et plusieurs habitants de la commune y ont joué comme figurants. Ce film est programmé samedi 26 janvier à 21 heures sur France 3. A cette occasion, tous ceux qui le souhaitent sont conviés à venir le regarder ensemble sur le bel écran que la production a offert à cette occasion à la commune, salle des Mariages, à la mairie, à partir de 20 heures, autour d’un apéritif suivi d’un buffet campagnard.

Les membres du Conseil Municipal et les employés de la commune sont à votre service pour essayer de résoudre tout problème que vous pourriez rencontrer. N’hésitez pas à leur en parler.

Je vous réitère nos vœux les plus sincères pour que l’année 2019 vous soit la plus agréable possible.

Philippe Machetel
Maire de Saint-Guilhem-le-Désert


Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé

Site réalisé avec SPIP

     RSS fr RSSActualités   ?