Commune de Saint-Guilhem-le-Désert

Le Cabinet du Géant, ou Colombier

source documentaire : " Les fortifications de Saint-Guilhem-le-Désert. III. Le « Cabinet du Géant » " de Thierry Ribaldone, Etudes héraultaises, 42, 2012.

Cette grosse « tour » qui a tant inspiré légendes et traditions, se dresse à flanc de montagne, sous les ruines du « Château de Verdun » qui domine le village au nord.

Fondé sur un socle rocheux légèrement exhaussé, le Cabinet du Géant est une construction oblongue de 6,40 m. sur 6 m., dont le quatrième côté est constitué par la paroi lisse de la falaise contre laquelle elle s’appuie.

Etait-il dès l’époque médiévale une plateforme pour un accès direct au château depuis l’intérieur des fortifications ? Et ensuite aménagé en colombier pour les moines ? A moins que le Cabinet ne fut construit ex-nihilo au XVIIème siècle pour remplacer le pigeonnier du dernier niveau intérieur de la « Tour des Prisons », jugé trop petit ou trop vulnérable après les attaques protestantes, lors des guerres de Religion ?

Le choix de son site, à présent quasi inaccessible, et son architecture d’allure militaire semblent bien traduire le souci des Bénédictins de Gellone de le protéger contre toute tentative de coup de main extérieur. De plus, il est situé en bordure de l’ancien chemin d’accès au château, lequel, partant du village, passait au pied de sa façade, tenu par un mur de soutènement dont il reste peut-être quelques assises… puis continuait à l’est… avant de s’engouffrer dans une faille de la falaise pour atteindre les abords du château, sur le versant nord de la montagne.

On entrait à l’intérieur par une porte percée en façade, près de l’angle sud-ouest, à 2,80 mètres au-dessus du chemin d’accès. Les murs sont montés en assise de moellons dégrossis de tailles diverses et tenus aux angles par des chaînes harpées, et sont d’une hauteur d’environ 15 m., ne dépassant pas 0,70 m. d’épaisseur à la base. La salle du rez-de-chaussée, probable lieu de stockage dépourvu d’autres ouvertures, était couverte d’un plancher dont témoignent les deux rangées de trous de boulins qui trouent les façades latérales. La communication avec le 1er étage (colombier proprement dit) devait se faire par une échelle de meunier, dressée dans un coin de la pièce.

Bel édifice énigmatique, le Cabinet du Géant ou Pigeonnier conserve encore tous ses secrets. Seule la découverte d’éventuels éléments de mobilier aisément datables (comme des tessons de poteries) pourrait permettre d’en apprendre un peu plus …


Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé

Site réalisé avec SPIP

     RSS fr RSSHistoire et légendes   ?