Commune de Saint-Guilhem-le-Désert

Visite du Préfet à Saint-Guilhem-le-Désert

Position du Conseil Municipal de la commune de Saint-Guilhem-le-Désert remise à M. le Préfet de l’Hérault lors de sa visite du 15 mars 2017. (les copies des documents annexes à ce courrier sont consultables et peuvent être obtenues en mairie.)

Lettre des membres du Conseil Municipal de la commune de Saint-Guilhem-le-Désert aux participants de la visite de l’ensemble abbatial de Gellone le 15 mars 2017 à Saint-Guilhem-le-Désert.

Monsieur le Préfet de l’Hérault,
Madame la sous-préfète de Lodève,
Messieurs les Présidents de CC,
Mesdames et messieurs les maires,

L’économie de Saint-Guilhem-le-Désert n’est pas un trésor inépuisable qui puisse être dilapidé sans raison. Elle n’appartient pas aux habitants de la commune qui n’en sont que les héritiers. Ce sont eux, les habitants, qui façonnent depuis des dizaines d’années, ce formidable outil, qui fait vivre aujourd’hui près de trois cent familles. Saint-Guilhem-le-Désert est bien plus qu’un simple label. C’est un creuset de vie et d’histoire dont l’aura a toujours dépassé les frontières de la commune. De part son histoire riche et mouvementée, elle s’étend, de nos jours, au Musée Languedocien de Montpellier, jusqu’au musée des « Cloisters » à New-York aux Etats-Unis.

Aujourd’hui, probablement envieux de cette situation, certains élus voudraient s’emparer de ces décennie de travail pour dicter leurs volontés à la commune ; faire comme si rien n’avait existé avant eux ; prétendre qu’eux seuls savent.

Mais Saint-Guilhem-le-Désert ne peut se piloter de l’extérieur. Il faut y vivre pour en comprendre l’âme et celle de ses habitants.

A la différence de nombre d’organisations touristique payée par l’impôt, le système économique de Saint-Guilhem-le-Désert est en équilibre financier. Il ne coûte rien aux contribuables et renvoie même vers les finances publiques par la TVA plus d’argent qu’il n’en reçoit par la DGF.

Prétendre ignorer le Conseil Municipal de la commune de Saint-Guilhem-le-Désert et ses habitants est aussi absurde que de prétendre rayer d’un trait de plume, ou vouloir masquer sous le joli, mais futile, ruban d’un label, 1200 ans d’histoire et un environnement naturel exceptionnel qui ont valu à la commune un double classement au Patrimoine Mondial de l’Unesco.

Prétendre développer une synergie de territoire par une politique « de coups de mentons », par des simulacres de consultation des élus de la commune, et des apparences de respect des procédures, est une erreur stratégique lourde pour le territoire.

Le Conseil Municipal de la commune de Saint-Guilhem-le-Désert est solidaire. Il est conscient de sa responsabilité, face à sa population mais aussi face à la communauté nationale et même face aux valeurs de l’humanité, dans le transfert d’un patrimoine fragile et précieux.

Les problèmes rencontrés avec la gouvernance du label Grand Site ne datent pas d’aujourd’hui ; ou encore de l’élection de telle ou telle personne. Ils trouvent leurs origines dès 2009 dans l’absence d’écoute et de prise en compte des demandes, pourtant simples de la commune. Celle-ci a du, de ce fait, défendre pieds à pieds ses droits, ses demandes, ainsi que le maintien de ses capacités économiques garantes de son avenir et de son économie.

La situation aurait pu s’améliorer dans le cadre du renouvellement du label ou, pourquoi pas, encore dans le cadre d’un label étendu. La commune avait averti de cette situation dès le mois de décembre 2014. Ses demandes et ses propositions n’ont pas été prises en compte. Elles n’ont été que niées par des tentatives de passages en force qui, pour la commune, demeurent totalement incompréhensibles alors qu’elle représente, depuis des décennies, la plus grosse contribution financière à l’entretien et à la restauration du site – aidée en cela pour les investissements par les services de l’Etat, le Conseil Régional et le Conseil Départemental – et qu’elle en représente également la principale destination touristique.

Las de près de dix années de lutte stérile, après avoir décidé en décembre 2014, par délibération du Conseil Municipal, qu’elle ne participerait pas à un renouvellement du Grand Site si les conditions de gouvernance n’étaient pas changées, la commune avait clairement exprimé, en août 2016, ses conditions pour sa participation à un Grand Site étendu. Le conseil souhaite les rappeler ci-dessous :

1) Si le grand site étendu devait porter le nom de Saint-Guilhem-le-Désert, la commune demande à être présidente du Comité de pilotage (sans revendiquer une quelconque gouvernance supplémentaire au niveau de la Communauté de Communes). Cette présidence résoudra, sans donner de pouvoir excessif à la commune de Saint-Guilhem-le-Désert, la plupart des problèmes de gouvernance rencontrés depuis l’origine du Grand Site. Par ailleurs, cette revendication est cohérente avec le dépôt auprès de l’INPI des noms « Saint-Guilhem-le-Désert » et « Gellone ».

2) Si le grand site étendu devait s’appeler « Grand Site des Gorges de l’Hérault », la commune ne présente aucune revendication de gouvernance autre que sa simple place au sein du Comité de pilotage. Dans ce cas, elle conditionne toutefois sa participation à l’inscription effective dans les projets soutenus par le Grand Site de : 1) l’aménagement d’un cheminement doux depuis le Pont du Diable sur la rive gauche de l’Hérault et l’aménagement d’une passerelle au niveau de la commune de Saint-Guilhem-le-Désert ; 2) l’extension du musée de l’Abbaye de Gellone dans la salle capitulaire.

Force est de constater que d’absence de consultation, en passages en force de délibérations, la situation semble avoir atteint un point de non-retour que la commune de Saint-Guilhem-le-Désert déplore. Cependant le Conseil Municipal de la commune n’accepte pas, alors que la commune représente 90% des actifs du Grand Site que cela soit en terme de fréquentations ou de retombées économiques, et alors que ses habitants travaillent depuis des dizaines d’années à la construction de ce système économique qui bénéficie à tous, de se voir écarter de toute gouvernance effective et de se voir sans arrêt imposer par coups de force des projets qui menacent son équilibre économique. Pour donner une analogie simple : aucune entreprise ne saurait être pilotée par des actionnaires ne représentant que quelques % de l’activité et des actifs.

La commune de Saint-Guilhem-le-Désert, collectivité territoriale subsidiaire et indépendante dans le cadre et les limites des lois de notre République considère qu’elle porte efficacement la responsabilité du transfert de son patrimoine et de son activité pour le plus grand bénéfice de sa population et des territoires environnants. Compte tenu de l’impasse dans laquelle les relations conflictuelles de la commune et de la communauté de communes de la Vallée de l’Hérault ont conduit, la commune de Saint-Guilhem-le-Désert a décidé de ne pas participer au Grand Site étendu.

La commune propriétaire de son nom déposé à l’INPI avait finalement accepté que celui-ci soit utilisé dans le cadre de la première labellisation 2010-2016. Cette décision avait été prise alors que des problèmes aigus de gouvernance s’étaient déjà posés. Mais, au bout de près de dix années de problèmes, d’incompréhension et d’énergie gaspillée en conflits, la confiance dans la possibilité d’une gouvernance apaisée a disparu.

Cette fois, la commune a décidé de ne pas autoriser l’utilisation de son nom dans le cadre d’une demande de labellisation d’un grand site étendu. Ayant déjà déposé des recours contentieux contre les délibérations de la communauté de communes de la Vallée de l’Hérault qui se sont permis de décider de sa participation à sa place, la commune continuera de défendre son nom par tous les moyens juridiques à sa disposition, en contestant devant les tribunaux que son utilisation puisse être galvaudée par un « Grand Site » dans lequel elle n’est pas respectée.

Saint-Guilhem-le-Désert, le 15 mars 2017

Le Conseil Municipal

Word - 395.5 ko
JPEG - 251.1 ko
cliquez sur l’image pour une lecture optimale

Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé

Site réalisé avec SPIP

     RSS fr RSSRevue de presse RSSTous les articles   ?